Vivre avec 18 € par jour : les femmes les plus touchées à mesure que la pauvreté en France s’aggrave

La pauvreté s’aggrave en France, les femmes étant les principales victimes, selon un rapport publié mardi.

Les membres du "Collectif pour la solidarité entre les femmes sans-abri" occupent le centre culturel de la vie associative en tant que refuge à Villeurbanne, France, 9 nov. 2023

Le revenu médian des personnes prises en charge par l’organisme de bienfaisance français Secours Catholique s’élevait à 538 € par mois en 2022, ce qui représente un budget quotidien de 18 € pour couvrir tous les besoins des ménages, a déclaré l’organisation dans son rapport.

Le montant correspond à moins de la moitié du seuil de pauvreté, que le Secours Catholique a estimé à 1 211 € par mois en 2022.

Lorsque l’on tient compte de l’inflation, qui a contribué de manière significative à faire grimper les prix de l’alimentation et de l’énergie, cela représente une baisse de 7,6 % du revenu, selon l’organisme de bienfaisance.

« Les personnes les plus pauvres sont touchées par l’inflation, le nœud se resserre et la privation est plus grande pour les choses qui ne sont pas nécessairement visibles, comme le chauffage ou la nourriture », a déclaré Adelaïde Bertrand, déléguée générale du Secours Catholique, à l’AFP.

Pauvreté en France

Pour lutter contre la pauvreté, l’organisme de bienfaisance, dont le nom signifie « aide catholique » en français, recommande d’indexer les prestations sociales minimales au salaire minimum, d’étendre les prestations sociales et de lutter contre leur non-utilisation en rendant les services sociaux plus accessibles.

Le Secours Catholique a déclaré qu’il s’occupait d’un million de personnes au total en France l’année dernière, qui ont bénéficié de divers services tels que l’aide alimentaire et le soutien social.

Les ménages pour adultes célibataires étaient le groupe le plus représenté, représentant 75 % de ceux que l’organisme de bienfaisance a accueillis. Parmi eux se taient principalement des mères célibataires (25,7 %) et des femmes célibataires (20,9 %).

Beaucoup d’entre eux demandent l’aide du Secours Catholique après la séparation ou le divorce. En effet, les femmes « supportent le poids des ruptures conjugales » et « supportent trop souvent le fardeau de la garde d’enfants seule », a déclaré l’organisme de bienfaisance.

Selon le Secours Catholique, dont le rapport a analysé les données de 49 250 formulaires remplis par ses bénéficiaires, la pauvreté chez les femmes n’a cessé d’augmenter au cours des dernières décennies, alors que jusqu’au début des années 2000, elle touchait les hommes et les femmes de manière égale.

18 euros par jour pour vivre". Les femmes sont les plus touchées par la pauvreté

Les femmes représentent maintenant 57,5 % des personnes rencontrées par l’association, contre 52,6 % en 1999.

Shirley Oconnell

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page